Les plus lus

CONVIVIALISME: (RE)TROUVER LES VOIES D'UNE ETHIQUE DE LA RELIANCE

Séance de clôture des sessions de l'espace éthique de l'Ile de France - Marie de Paris IV - 06/06/18

Vers un projet politique convivialiste

La lutte contre le VIH et les bien communs, pour une meilleure rationalité en santé

Un des mécanismes du néolibéralisme c'est qu'il déverse beaucoup plus d'argent sur le haut de la pyramide sociale, c'est une forme de « théorie du ruissellement » inversée.

En santé, on connait bien l'impact des déterminants sociaux de la santé depuis des décennies (1). De fait, lorsque les indicateurs macro-économiques s'écartent d'une ligne disons raisonnable vous détériorez la santé des populations et cela permet aussi d'un autre côté de dégager de nouvelles marges bénéficiaires aux laboratoires, aux chaines d'hôpitaux privés, etc… à certains experts. La perversité du système c'est que l'establishment de la santé va recevoir plus d'argent pour impulser de mauvaises politiques.

(1) Voir par exemple le rapport « Black » sur les inégalités en santé sorti en 1980 au Royaume Uni et immédiatement enterré par le gouvernement de Margaret Tatcher.

Certaines études ont bien montré que les dispositifs médicaux ne compteraient que pour environ 20% de l'état de santé de la population, contre 40% pour les conditions socio-économiques (2) ; et pourtant les dispositifs médicaux constituent toujours l'essentiel du corps des politiques de santé. La Santé reste ainsi l'un des meilleurs prismes d'observation d'une société et des problèmes sociaux, de son bien être collectif ou au contraire de sa non convivialité. Les derniers chiffres parus sur le VIH en Europe montre ainsi une forte dégradation des chiffres en Russie, actuellement en récession économique, l'effet mécanique est très rapide. On a vu le même phénomène en Grèce au moment de la crise de la dette.

(2) How Social and Economic Factors Affect Health (voir schéma page 4)

http://publichealth.lacounty.gov/epi/docs/SocialD_Final_Web.pdf

Inverser le cours des choses ne peut passer déjà que par une limitation très stricte des conflits d'intérêts ou lutter contre la corruption comme spécifiquement mentionné dans le manifeste convivialiste (voir aussi opération Mains Propres sur la Santé).

En définitive la rationalité intellectuelle de dire que le néolibéralisme est néfaste et notamment pour la santé ne suffit pas. Sur la lutte contre le VIH cela ne suffit pas de diffuser vers les spécialistes des évidences argumentées mais il convient surtout de s'assurer que les prises de décision sont basées sur des arguments bénéfiques pour tous, ce qui passe par limiter les pouvoirs de lobbys et forcer à la transparence.

Et c'est en montrant la perte de crédibilité potentielle d'acteurs ou d'institutions n'agissant pas pour le bien commun, c'est à dire de manière non rationnelle pour tous, que les choses peuvent changer. L'objectif ne doit pas ainsi de suivre la pensée mainstream qui agit sur les politiques, mais bien de s'assurer que la pensée mainstream est le résultat d'une approche ou analyse rationnelle, holistique, la meilleure pour tous. Plutôt que d'essayer d'améliorer de multiples choses dans le détail sans décortiquer le fonctionnement du système ambiant, il est parfois préférable de regarder la manière dont les idées ou croyances se construisent puis vérifier qu'elles sont le produit d'un processus indépendant, honnête et parfaitement rationnel.

A force de critiquer ONUSIDA par exemple dans leur incapacité à prendre en compte l'ensemble des déterminants sociaux de la santé (1), et donc de leur rationalité, on peut quand même constater des évolutions bien que légères. Ils viennent ainsi d'inclure dans leur document de stratégie en projet (2) (aout 2015) que les inégalités de revenus ont un impact sur le Sida, et ceci 20 ans après leur création. Et encore en mentionnant une étude du FMI qui date de juillet 2015 (or, tout a déjà été dit dans les grandes lignes sur l'impact des déterminants sociaux sur la santé dès les années 1970). Il est en réalité utopique de vouloir se fixer des objectifs de santé lorsqu'on refuse de manière manifeste d'appréhender en amont des déterminants sociaux de la santé qui sont clefs pour l'atteinte même de ces objectifs.

(1) Lutte contre le VIH/sida : quand des questions essentielles (sociales) sont ignorées par le néolibéralisme (dernier article d'une série critiquant la stratégie borgne d'ONUSIDA – on retrouve des analyses similaires chez d'autres auteurs et depuis longtemps)

http://www.santemondiale.org/ihpfr/2015/11/10/edito-lutte-contre-le-vihsida-quand-des-questions-essentielles-sociales-sont-ignorees-par-le-neoliberalisme/

(2) Projet de stratégie ONUSIDA 2016-2021

http://www.unaidsstrategy2021.org/wp-content/uploads/2015/08/UNAIDS-Strategy-2016-2021_Draft-for-review_3-August.pdf

 

Extrait :

Goal 10: Reduce inequality

Income inequality is linked to higher HIV prevalence; HIV affects excluded an disempowered communities most severely.

La défense des biens communs peut se faire dès lors qu'on peut démontrer l'incompétence ou la corruption des acteurs qui sont en charge des politiques publiques. En Santé, on peut légitimement se poser des questions sur les cadres (ou référentiels) de santé publique utilisés par les états ou institutions, cela reste bien souvent très largement opaque et biaisé.

Le drame de la santé publique c'est que les conflits d'intérêts sont très étendus (surtout au niveau international), donc très difficile d'avoir une masse critique initiale favorable aux changements structurels. Les acteurs suivent les plaidoyers mainstream parce qu'ils sont accompagnés de flux financiers, avoir une voix dissonante c'est refuser des financements. Dans le monde universitaire en santé, de nombreuses personnes reconnaissent l'autocensure. En réalité, beaucoup attendent que l'effet boule de neige soit déjà enclenché pour prendre position car ce n'est plus alors risqué professionnellement.

Lorsque le discours ambiant est d'être "Be yourself" (référence au titre du livre de François Flahault) et bien les gens se demandent bien pourquoi ils prendraient des coups pour l'intérêt général (et de facto être mis à l'index) alors qu'en se taisant et en suivant au mieux le mouvement il y a peu de risque en matière de carrière et donc plus d'argent à collecter individuellement.

Plus un système est mauvais et plus vous avez des gens qui se battront pour le faire perdurer parce qu'ils en vivent. Aux USA, les dépenses de santé c'est plus de 17% du PIB (la France est à environ 11,5%, ce qui est déjà élevé comparativement à d'autres pays européens), ce qui est complètement aberrant et improductif. Changer le système c'est se mettre à dos un grand nombre d'acteurs avec des enjeux financiers colossaux.

Dans la lutte contre le VIH, il y a énormément d'argent y compris pour le milieu associatif, donc très difficile de réorienter tout le système avec une autre rationalité sans avoir une levée de boucliers. Le néolibéralisme a fait voler en éclat la plupart des frontières entre états, entreprises et société civile au risque de nombreux conflits d'intérêts et de dérives dans les politiques publiques. Au petit jeu totalement ouvert des multi-partenariats, des alliances ou coalitions, les arguments des plus puissants économiquement finissent par « convaincre » les moins argentés dans des plaidoyers communs pour orienter les politiques publiques en occultant des problématiques cruciales.

Traiter le VIH de manière séparée des autres problématiques de santé, comme cela a été largement fait depuis 30 ans, c'est également perdre en compréhension les déterminants sociaux qui touchent l'ensemble des maladies. Le rétro-pédalage des institutions VIH qui « découvrent » année après année de nouveaux éléments sociaux ou autres ayant un impact sur le VIH en dit long sur toutes les impasses initiales effectuées avec des résultats tragiques, médiocres sur le VIH et qui ont pénalisé d'autres maladies faute de financement en particulier dans les pays en développement.

Remettre de la transparence et de la rationalité, lutter contre les conflits d'intérêts, c'est certainement un minimum si on tient aux biens communs les plus utiles pour la société. Laisser le marché libre, en particulier dans la santé, c'est sortir des rails de la santé publique. Remettre donc de la transparence et de la rationalité dans la santé publique, c'est in fine améliorer l'état de santé physique et mental des populations (et à moindre coûts pour les finances publiques, autre bien commun) et forcément contribuer à une meilleure convivialité de la société. Enfin, nous devrions conclure qu'une analyse indépendante et honnête des déterminants de la Santé ne donne aucun motif valable de plaidoyer pour les théories néolibérales.

Succomber aux théories néolibérales dans la santé est aussi irrationnel que d'écouter les arguments de la National Rifle Association aux Etats Unis en faveur de la libre diffusion des armes à feu pour mieux protéger la sécurité des citoyens.

Dans une période marquée par la montée d'un certain nombre de mouvements extrémistes de toutes natures, y compris au pays de Descartes, il serait souhaitable de mettre en défaut de rationalité point par point certaines idéologies qui polluent le débat public et nous détournent collectivement des alternatives raisonnables et profitables à tous. Quand les extrémistes font sauter les digues morales et détruisent la convivialité, en poussant aux peurs irrationnelles, il convient déjà de les stopper avec sang froid en utilisant des arguments parfaitement rationnels.

Bertrand Livinec

 

ILS/ELLES SOUTIENNENT LE CONVIVIALISME

Jean-Philippe Acensi, Michel Adam, Marco Aime (It), Cengiz Aktar (Tu), Jeffrey Alexander (USA), Claude Alphandéry , Hiroko Amemiya (Jap), Ana Maria Araujo (Ur), Geneviève Ancel, Catherine André, Margaret  Archer (UKr, Claudine  Attias-Donfut, Rigas Arvanitis, Geneviève Azam, Benjamin Ball, Laurence Baranski, Oscar Barroso-Fernandez (Esp), Marc Basquiat de, Philippe Batifoulier, Jean Baubérot, Michael  Bauwens (Be), Olivier Beaud, Christiane de Beaurepaire, Anne Beauvillard, Patrick Beauvillard, Akrim Belkaid (Alg), Robert  Bellah (USA, †), Dorothée Benoït Browaeys, Augustin Berque, Yves Berthelot, Romain Bertrand, Antoine Bevort, Roy Bhaskar (UK), Abdennour Bidar, Leonardo Boff (Br), Luc Boltanski, Daniel Bougnoux, Dominique Bourg, Pascal Branchu, Axelle Brodiez-Dolino, Dorothée Browaeys, Françoise Brugère, Luigino Bruni (It), Alain Caillé, Belinda Cannone, Jean-Louis Cardi, Barbara Cassin, Patrick Chamoiseau, Philippe Chanial, Benoît Chantre, Hervé Chaygneaud-Dupuy, Eve Chiapello, Philippe Cibois, Sébastien Claeys, Denis Clerc, Gabriel Cohn (Br), Gabriel Colletis, Catherine Colliot-Thélène, Pascal Combemale, Josette Combes, Christian Coméliau, Benjamin Coriat, Ana M. Correa (Ar), Thomas Coutrot, Florian Couveinhes Matsumoto, Daniel Cueff, Eric Dacheux, Jean-Yves Dagnet, Thierry Dallard, Francis Danvers, Hervé Defalvard, Jean-Claude Devèze, François Doligez, François Dubet, Marc Dufumier, Dany-Robert Dufour, Jean-Pierre Dupuy, Timothée Duverger, Tereza  Estarque (Br), Emmanuel Faber, Olivier Favereau, Adriano Favole (It), Andrew Feenberg (USA), Francesco Fistetti, (It)  Anne-Marie Fixot, David Flacher, François Flahault, Fabrice Flipo, Jean-Baptiste Foucauld, de, Christophe Fourel, François Fourquet (†), Philippe Frémeaux, Emmanuel Gabellieri, Jean Gadrey, Noemi Gal_Or (Can), Vincent Gaulejac, de, François Gauthier, Sylvie Gendreau (Can), Susan George (USA), Anne Gervais, François Gèze, Yovan Gilles, Christiane  Girard, Gaël Giraud, Pascal Glémain, Jacques Godbout (Can), Françoise Gollain, Pierre-Yves Gomez (Can), Roland Gori, Phil Gorsky (USA) , Daniel Goujon, Jean-Marie Gourvil, Jean-Edouard Grésy, André Grimaldi, Jean-Claude Guillebaud, Patrice Guillotreau, Stéphane Haber, Fabrice Hadjadj, Pascale Haag, Jean-Marie Harribey, Keith Hart (UK), Armand Hatchuel, Nathalie Heinich, Axel Honneth (All), Edith Heurgon, Dick Howard (USA), Marc Humbert, Eva Illouz (Isr), Ahmet Insel (Tu), Geneviève Jacques, Florence Jany-Catrice, Jean-Paul Jaud, Béatrice Jaud, Zhe Ji (Chi), Hans Joas (All), Stephen Kalberg (USA), Hervé Kempf, Etienne Klein, Jacinto Lageira, Michel Lallement, Bruno Lamour, Elena Lasida, Serge Latouche, Sandra  Laugier, Camille  Laurens, Marc Lautier, Christian Laval, Jean-Louis Laville, Christian Lazzeri, Jacques Le Goff, Frédéric  Lebaron, Erwan Lecoeur, Jacques Lecomte, Martin Legros, Jean-Louis Le-Moigne, Daniel Le Scornet, Alain  Lipietz, Didier Livio, Agnes Lontrade, Pierre-Yves Madignier, Katsumata Makoto (Jap), Gilles Maréchal, Gustave Massiah, Dominique Méda, Margie  Mendell (Can), Maurice Merchier, Pascale Mériot, Jean-Claude Michéa, Jun  Nishikawa (Jap), Pierre-Olivier Monteil, Jacqueline Morand, Edgar Morin, Chantal Mouffe (Be), Yann Moulier-Boutang, Gaby Navennec, Pierre Nicolas, Osamu Nishitani (Jap), Ugo Olivieri (It), Thierry Paquot, Patrice Parisé, Antoine Peillon, Corine Pelluchon, Alfredo Pena-Vega, Bernard Perret, Jacques Perrin, Pascal Petit, Ilaria Pirone, Geoffrey Pleyers, Gérard Pommier, Antonin Pottier, Serge Proulx, Elena Pulcini, Michel Renault, Yves Renoux, Myriam Revault d'Allonnes, Emmanuel Reynaud, Matthieu Ricard, Marie-Monique Robin, Guy Roustang, Philippe Ryfman, Jeanne Favret-Saada, Jean Sammut, Christian Sautter, Blanche Segrestin, Richard Sennett (USA), Jean-Michel Servet, Pablo Servigne, Hugues Sibille, Ilana Silber (Isr), Richard Sobel, Isabelle Sorente, Frédéric  Spinhirny, Robert Spizzichino, Bernard Stiegler, Roger Sue, Dominique  Taddei, Elvia  Taracena (Mex), Bruno Tardieu, André Teissier du Cros, Michel Terestchenko, Jean-Pierre Terrail, Bruno Théret, Tzvetan Todorov (†), Jacques Toledano, Florent Trocquenet-Lopez, Patrick Tudoret, Jean-Jacques Tyszler, Frédéric Vandenberghe, Philippe  Van Parijs (Be), François  Vatin, Jean-Luc Veyssy, Bruno Viard, Denis Vicherat, Patrick Vieu, Jean-Louis Virat, Patrick Viveret, Nathanaël Wallenhorst, Juliette Weber, Chico Whitaker (Br), Jean-Pierre Worms

Parce qu'on ne pourra pas sauver la planète sans sauver la démocratie et parce que nous n'y parviendrons qu'en faisant converger toutes les initiatives citoyennes et écologiques, les convivialistes se sont joints à tout un ensemble de réseaux pour lancer un label Ah! sous la forme d'un badge à porter.
Pour en savoir plus et commander le badge aller sur www.ah-ensemble.org

Ces réseaux soutiennent le mouvement convivialiste

Association Age de faire  Alternatives économiques   Appel des appels   Assemblées virtuelles      Banc public   Demain en mains   Démocratie ouverte   Démosthème   Dialogues en humanité   Agence Education pour le sport    Enquête de sens   Etats généraux du puvoir citoyen   Association pour l'Instauration d'un revenu d'Existence   Lab School Network   Mouvement pour un Revenu de Base   Initiatives Dionysienne      Pekea   Les Périphériques      Sol   Sport populaire

Un autre monde est non seulement possible, il est absolument nécessaire

ET URGENT. MAIS, COMMENT DESSINER SES CONTOURS ET LE PENSER ?

Ce site se propose d’être un espace de rencontre entre tous ceux qui, dans l’esprit du Manifeste convivialiste  , inventent des formes de démocratie post-libérale et post-croissantiste, en théorie ou en pratique.

Contactez-nous
1000 caractères restants