1) Une politique de limitation des besoins monétaires
Allonger la durée de vie des biens (normes techniques et réglementation), faciliter leur réparation, informer les consommateurs sur le vrai prix d’usage.

Instaurer une tarification progressive des services essentiels (eau et électricité).
Rendre possible une vie sans voiture (à travers l’aménagement de l’espace et une offre de services adaptée)
Accompagner le développement de l’économie collaborative ainsi que des pratiques d’auto-production et de troc. 
Encadrer et limiter la publicité commerciale (interdire certaines formes de publicité non sollicitée par voie postale ou téléphonique).

2) Une politique du temps au service de la pluralisation de l’activité

Organiser la transition travail-retraite et l’activité sociale des retraités (ouvrir un droit à un revenu garanti et/ou à une préretraite progressive à partir de 50 ans, ces droits étant assortis d’incitations à s’engager dans des activités d’utilité sociale). 
Limiter la colonisation du temps par les activités marchandes et le travail rémunéré (par exemple le travail de nuit et le dimanche).

3) Le développement du service civique et l’instauration d’un service public collaboratif

Une politique de démarchandisation aura pour effet pervers de réduire les recettes fiscales. Elle a donc logiquement pour contrepartie une politique de dé-monétarisation des services collectifs, qui pourrait se concrétiser notamment par une relance plus ambitieuse du service civique et par le développement d’un service public collaboratif mettant en œuvre de nouvelles formes de coopération entre les administrations, les associations et les citoyens volontaires, dans des domaines tels que l’éducation, les services sociaux, voire même (dans des conditions à définir soigneusement) la sécurité.

 

Bernard Perret

 

Partagez l'article

Un autre monde est non seulement possible, il est absolument nécessaire

ET URGENT. MAIS, COMMENT DESSINER SES CONTOURS ET LE PENSER ?

Ce site se propose d’être un espace de rencontre entre tous ceux qui, dans l’esprit du Manifeste convivialiste  , inventent des formes de démocratie post-libérale et post-croissantiste, en théorie ou en pratique.

Contactez-nous
1000 caractères restants