Les auteurs

Claude Alphandéry

Geneviève Ancel

Ana Maria Araujo (Uruguay)

Claudine Attias-Donfut

Geneviève Azam

Akram Belkaïd (Algérie)

Fabienne Brugère

Alain Caillé

Barbara Cassin

Philippe Chanial

Hervé Chaygneaud-Dupuy

Eve Chiapello

Denis Clerc

Ana M. Correa (Argentine)

Thomas Coutrot

Jean-Pierre Dupuy

François Flahault est directeur de recherches émérite au CNRS. Il est également membre du conseil de rédaction de la revue L’Homme. Il est notamment l’auteur de : Le paradoxe de Robinson. Capitalisme et société, Mille et une nuits, 2005. Où est passé le bien commun ? Mille et une nuits, 2011. Pour plus d’informations, voir son site personnel: francoisflahault.fr

Francesco Fistetti (Italie)

Anne-Marie Fixot

Jean-Baptiste de Foucauld

Christophe Fourel 

François Fourquet

Philippe Frémeaux

Jean Gadrey

Vincent de Gaulejac

François Gauthier (Suisse)

Sylvie Gendreau (Canada)

Susan George (États-Unis)

Christiane Girard (Brésil)

Françoise Gollain (Royaume Uni)

Roland Gori

Jean-Claude Guillebaud

Paulo Henrique Martins (Brésil)

Dick Howard (États-Unis)

Marc Humbert est professeur à l’université de Rennes 1 et enseigne l’économie politique. Il a montré comment la compétition systémique des firmes et des nations dynamise la globalisation et façonne la hiérarchie économique des nations. Il a particulièrement étudié les ressorts du changement technologique ainsi que le rôle de quelques branches, industrielles, comme celle de l’électronique, et de l’agriculture. Il a analysé la dynamique de quelques pays d’Amérique Latine (Mexique et Brésil) et d’Asie (Japon et Chine). Il a dirigé pendant trois ans un centre de recherche français au Japon (directeur de 2008 à 2011 à la Maison Franco Japonaise de Tokyo). En 2002 il a lancé un réseau international de réflexion pour construire une approche politique et éthique des activités économiques (PEKEA) et étendu ses recherches au fonctionnement d’ensemble des sociétés. Il a organisé dans cette perspective de nombreux colloques dans le monde. Celui de Tokyo, en 2010, est à l’origine du mouvement convivialiste. Parmi ses publications : The Impact of Globalisation on Europe's Firms and Industries (Cassel, Londres, 2ème ed. 1996), La nouvelle micro-informatique : du PC au NC (Economica, Paris, 1997), La démocratie au péril de l’économie (avec Alain Caillé, PUR, Rennes, 2006, Social Exclusion- Perspectives from France and Japan (Avec Yoshimichi Sato, Transpacific Press, Melbourne, 2011), Vers une civilisation de convivialité (Goater, Rennes, 2014). Site web http://www.altersocietal.org

 Éva Illouz (Israël)

Ahmet Insel (Turquie)

Geneviève Jacques

Florence Jany-Catrice

Zhe Ji (Chine)

Hervé Kempf est essayiste et journaliste. Il dirige la rédaction du quotidien de l’écologie, Reporterre.net. Il est l’auteur de plusieurs livres articulant la question écologique et la question sociale, qui ont été traduits dans plusieurs langues, tels que Comment les riches détruisent la planète (Seuil, 2007), L’oligarchie ça suffit, vive la démocratie (Seuil, 2011) et fin de l’Occident, naissance du monde (Seuil, 2013).

Serge Latouche

Jean-Louis Laville

Camille Laurens

Jacques Lecomte

Didier Livio

Gus Massiah

Ancienne élève de l'Ecole Normale Supérieure et de l'Ecole Nationale d'Administration, agrégée de philosophie, habilitée àdiriger des recherches en sociologie, Dominique Méda est Inspectrice Générale des Affaires Sociales, actuellement Professeure de sociologie àl'Université Paris-Dauphine, Directrice de l'IRISSO et titulaire de la Chaire Reconversionécologique, travail, emploi, politiques sociales au collège d'études mondiales. Ses recherches portent sur le travail et l'emploi, l'égalité professionnelle entre hommes et femmes, la croissance et les nouveaux indicateurs de richesse. Elle a publié de nombreux articles et ouvrages, parmi lesquels Le travail. Une valeur en voie de disparition ?, Champs Actuel, 2010 (1995) ; Qu'est-ce que la richesse ?, Champs Flammarion, 2001 (1999) ; Le temps des femmes. Pour un nouveau partage des rôles, Champs Flammarion, 2001. Derniers ouvrages parus : avec Patricia Vendramin, Réinventer le travail, PUF, 2013 ; La Mystique de la croissance. Comment s'en libérer, Flammarion, 2013 ; avec M. Bigi, O. Cousin, L. Sibaud, M. Wieviorka, Travailler au XXIème siècle. Des salariés en quête de reconnaissance, Robert Laffont, 2015. Elle co-préside avec Florence Jany-Catrice et Celina Whitaker le Forum FAIR, forum pour d'autres indicateurs de richesse. Elle est cofondatrice du Laboratoire de l'égalité. Au moment de sa création, elleétait membre du Conseil de surveillance et elle est désormais membre du Comité scientifique de la Fondation de l'écologie Politique.

Margie Mendell (Canada)

Pierre-Olivier Monteil est enseignant, formateur et conférencier enéthique de l'action en organisation. Docteur en philosophie politique de l'Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales, il est chercheur associé au Fonds Ricœur et enseignant enéthique appliquée àHEC, àl'Université Paris-Dauphine et àl'Espace de réflexionéthique de la région Ile-de-France.

Jacqueline Morand

Edgar Morin

Chantal Mouffe (Royaume Uni)

Yann Moulier-Boutang

Osamu Nishitani (Japon)

Alfredo Pena-Vega

Bernard Perret est ingénieur et socio-économiste. Il a mené une double carrière de fonctionnaire et de chercheur. Il est actuellement membre du Conseil général de l’environnement et du développement durable (inspection générale du ministère de l’écologie). Il est par ailleurs membre du comité de rédaction de plusieurs revues, dont Esprit, Projet et Evaluation (Londres) et enseigne à l’Institut catholique de Paris. Principaux ouvrages: L’économie contre la société (avec Guy Roustang, Seuil1993), La logique de l’espérance (Presses de la Renaissance, 2006) Pour une raison écologique (Flammarion 2011), L’évaluation des politiques publiques (La Découverte, 2001, 2008, 2014) et Au-delà du marché (Les petits matins, mai 2015).

Elena Pulcini is Full Professor of Social Philosophy in the Department of Social and Political Science, University of Florence. Her central interests are the topic of passions in the sphere of a theory of modernity and modern individualism, ethics of care, theory of the gift. Her current research revolves around the transformation of identity and social bond in the global age. Among her main and recent works: The Individual without Passions. Modern Individualism and the loss of the social Bond., Lexington (Rowan & Littlefield), Lanham, USA 2012; Care of the World. Fear, Responsibility and Justice in the Global Age, Springer, Dordrecht 2012 (First Prize of Philosophy “Viaggio a Siracusa” 2009 to italian edition); Envie. Essai sur une passion triste, Le Bord de l’eau, Paris, 2013.

Ilana Silber (Israël)

Roger Sue

Elvia Taracena (Mexique)

Frédéric Vandenberghe est professeur de sociologie àl´université de Rio de Janeiro. Il a enseigné dans plusieurs universités étrangères (UCLA, Manchester, Yale), mais depuis 2003 il vit au Brésil. Em 2015, il passera une année sabatique en Inde. Il travaille sur la théorie sociologique et est l´auteur de plusieurs livres em français, anglais et portugais, dont Une histoire critique de la sociologie allemande (1997-1998), La sociologie de Georg Simmel (2001), Complexités du posthumanisme (2006) et What´s Critical about Critical Realism? (2014). Pour plus de reseignements, cf. http://frederic.iesp.uerj.br

Patrick Viveret

Un autre monde est non seulement possible, il est absolument nécessaire

ET URGENT. MAIS, COMMENT DESSINER SES CONTOURS ET LE PENSER ?

Ce site se propose d’être un espace de rencontre entre tous ceux qui, dans l’esprit du Manifeste convivialiste  , inventent des formes de démocratie post-libérale et post-croissantiste, en théorie ou en pratique.

Contactez-nous
1000 caractères restants