12 h 30 – 14 h 30, au François Coppée, 1 Bd. Du Montparnasse, métro Duroc
Brèves présentations (nous nous connaissons à peu près tous, au moins de nom)

 

Première série de questions :
- Quelles finalités et quelle périodicité chacun assigne-t-il à ce groupe ? Devons-nous aller rapidement vers la rédaction d’un Manifeste du convivialisme ? Bref ou un peu détaillé ? 
- Devons-nous l’élargir ? À davantage de femmes, notamment, et qui ?
- Assurer de la publicité à nos discussions ? Via un ou des sites internet ? 
- Quid du nom même de convivialisme ?

Seconde série de questions : 
- Choix des thèmes des rencontres suivantes et des intervenants principaux 
- Choix des lieux et dates des réunions ultérieures
- Si on a le temps : critiques immédiates à adresser à Pour un manifeste du convivialisme

Seront a priori présents : Patrick Viveret, Christophe Fourel, Alfredo Pena-Vega, Hervé Kempf, Jean-Baptiste de Foucauld, Denis Clerc, Jean-Pierre Dupuy, Claude Alphandéry, Roger Sue, Christian Laval, Philippe Chanial, François Fourquet, Yann Moulier-Boutang, Thomas Coutrot, Gus Massiah, Bernard Perret, Jean Sammut, Alain Caillé, Vincent de Gaulejac, Jean-Louis Laville. 
Excusés : Geneviève Azam, Marc Humbert, Serge Latouche, François Flahault, Jean-Claude Guillebaud, Jean Gadrey, Jean-Claude Michéa, Dominique Méda, Roger Gori, Alain Supiot, Bernard Stiegler, Edgar Morin, Florence Jany-Catrice.

Pour ma part (A.C.) je serai partisan d’avoir avant l’été au moins trois séances de discussion. Par exemple sur les thèmes suivants : 
1. Politique de l ’association. Nous sommes tous partisans de renforcer les capacités d’action d’une société civile associationniste. D’une politique du ou des communs. Mais quel programme politique concret cela implique-t-il ? Quel rapport des associations au Marché et à l’État ? 
2. Limiter L’illimitation ? Nous sommes tous convaincus que le danger principal qui guette le monde est celui de la démesure, de l’ubris. Mais comment lutter contre elle. Qu’est-ce qui, en la matière, pourrait se substituer aux normes religieuses pour servir de garde-fou ? 
3. Les tâches immédiates du non-pouvoir du convivialisme. Nous sommes tous conscients que la planète ne survivra qu’au prix d’une limitation de la croissance économique. Mais nous voyons bien, également, que la disparition de la croissance en Europe tourne à la catastrophe. Comment concilier les exigences du moyen et long terme avec les nécessités impérieuses du court-terme ? Ou encore : quel programme de transition ?

Partagez l'article

Je signe le manifeste

En cliquant sur 'Je signe', vous acceptez que votre nom figure sur la liste des signataires. Votre adresse email sera utilisée uniquement pour vous envoyer des informations auxquelles vous avez souscrit. Conformément au nouveau règlement européen sur la protection des données personnelles, vous disposez d'un droit d'accès, de rectification et de suppression des données vous concernant.

Un autre monde est non seulement possible, il est absolument nécessaire

ET URGENT. MAIS, COMMENT DESSINER SES CONTOURS ET LE PENSER ?

Ce site se propose d’être un espace de rencontre entre tous ceux qui, dans l’esprit du Manifeste convivialiste  , inventent des formes de démocratie post-libérale et post-croissantiste, en théorie ou en pratique.

Contactez-nous
1000 caractères restants