Accueil
vendredi juin 23, 2017

logo1

déjà plus de 3600 signatures - Un autre monde est non seulement possible, il est absolument nécessaire. Et urgent. Mais comment dessiner ses contours et le penser ? Ce site se propose d’être un espace de rencontre entre tous ceux qui, dans l’esprit du Manifeste convivialiste, inventent des formes de démocratie post-croissantiste, en théorie ou en pratique. Faites-le vivre notamment en exposant dans la rubrique Vies convialistes comment la vie et votre profession pourraient devenir plus conviviaux, et en alimentant les discussions dans le Forum.
 ... Lire la suite


« Le convivialisme est une idée-force sans laquelle il n'y aura pas de politique de civilisation. »
Edgar Morin              

Par Alain Caillé, Professeur émérite Université Paris Ouest, Directeur et Fondateur du Mauss

Interview Dany-Robert Dufour Interview Alain Caillé
02/11/16 (1:10:13)
Interview Dany-Robert Dufour : Philosophe
19/10/16 (44:48)
Interview Alain Caillé : Professeur émérite Université Paris Ouest, Directeur et Fondateur du Mauss

 

 

20160625 Politique de civilisation - Claude Alphandéry et  Alain Supiot  20162506 Philisophie politique - Chantal Mouffe,  Patrick Viveret, Alain Caillé, Dany-Robert Dufour
25/06/16 (1:31:13)
Une politique de civilisation : du Conseil national de la résistance et de L’esprit de Philadelphie au convivialisme, Claude Alphandéry et Alain Supiot
25/06/16 (1:09:30)
Quelle philosophie politique aujourd’hui face à l’ hubris ? Chantal Mouffe, Patrick Viveret, Alain Caillé, Dany-Robert Dufour.

 

 

20162506 Au-delà du  néo-management - Jean-Edouard Grésy,  Jacques Lecomte, Blanche Segrestin 20160626 Prodromes  d’apocalypse -Pablo Servigne,  Fabrice Flipo, Denis Duclos,  Marilia Amorim
25/06/16 (56:52)
Au-delà du néo-management. Vers des modes de gestion convivialistes ? Jean-Edouard Grésy, Jacques Lecomte, Blanche Segrestin
26/06/16 (1:14:21)
Prodromes d’apocalypse : Pablo Servigne, Fabrice Flipo, Denis Duclos, Marilia Amorim

 

 

20160626 Quelle autre École  ?François Flahault,  Bénédicte Fumey,  Pascale Haag, Jean-Pierre Terrail 20160626 Quelle autre  économie ?Marc Humbert,  Christophe Fourel, Bernard Perret
26/06/16 (55:45)
Quelle autre École ? François Flahault, Bénédicte Fumey, Pascale Haag, Jean-Pierre Terrail
26/06/16 (55:49)
Quelle autre économie ? Marc Humbert, Christophe Fourel, Bernard Perret

 

 

20140620 Morin YouTube1 leConvivialisme1
20/06/14 (1:01:59)
Edgar Morin - Le défi de la complexité
31/01/11 (26:29)
Le convivialisme, une nouvelle
manière de penser le monde ?
Emission Tambour Battant - Cinaps TV Antoine Spire - chaîne 31 TNT 

LES AUTEURS

Claude Alphandéry • Geneviève Ancel • Ana Maria Araujo (Uruguay) • Claudine Attias-Donfut • Geneviève Azam • Akram Belkaïd (Algérie) • Fabienne Brugère • Alain Caillé • Barbara Cassin • Philippe Chanial • Hervé Chaygneaud-Dupuy • Eve Chiapello • Denis Clerc • Ana M. Correa (Argentine) • Thomas Coutrot • Jean-Pierre Dupuy • François Flahault • Francesco Fistetti (Italie) • Anne-Marie Fixot • Jean-Baptiste de Foucauld • Christophe Fourel • François Fourquet • Philippe Frémeaux • Jean Gadrey • Vincent de Gaulejac • François Gauthier (Suisse) • Sylvie Gendreau (Canada) • Susan George (États-Unis) • Christiane Girard (Brésil) • Françoise Gollain (Royaume Uni) • Roland Gori • Jean-Claude Guillebaud • Paulo Henrique Martins (Brésil) • Dick Howard (États-Unis) • Marc Humbert • Éva Illouz (Israël) • Ahmet Insel (Turquie) • Geneviève Jacques • Florence Jany-Catrice • Zhe Ji (Chine) • Hervé Kempf • Elena Lasida • Serge Latouche • Jean-Louis Laville • Camille Laurens • Jacques Lecomte • Didier Livio • Gus Massiah • Dominique Méda • Margie Mendell (Canada) • Pierre-Olivier Monteil • Jacqueline Morand • Edgar Morin • Chantal Mouffe (Royaume Uni) • Yann Moulier-Boutang • Osamu Nishitani (Japon) • Alfredo Pena-Vega • Bernard Perret • Elena Pulcini (Italie) • Ilana Silber (Israël) • Roger Sue • Elvia Taracena (Mexique) • Frédéric Vandenberghe (Brésil) • Patrick Viveret 

LES PREMIERS SOUTIENS

Jean-Philippe Acensi • Michel Adam • Marco Aime • Jeffrey Alexander • Margaret Archer • Marc de Basquiat • Jean Baubérot • Michel Bauwens • Olivier Beaud • Christiane de Beaurepaire • Robert Bellah • Dorothée Benoit Browaeys • Augustin Berque • Yves Berthelot • Antoine Bevort • Roy Bhaskar • Abdennour Bidar • Leonardo Boff • Luc Boltanski • Dominique Bourg •  Etienne Bourgeois • Luigino Bruni • Jean Louis Cabrespines • Belinda Cannone • Michel Capron • Patrick Chamoiseau • Pascal Combemale • Gabriel Cohn • Benjamin Coriat • Christian Coméliau • Francis Danvers • Jean-Philippe Domecq • Denis Duclos • Dany-Robert Dufour • Marc Dufumier • Emmanuel Faber • Olivier Favereau • Adriano Favole • Andrew Feenberg • Fabrice Flipo • Noemi Gal-Or • François Gèze • Yovan Gilles • Gaël Giraud • Pascal Glémain • Jacques Godbout • Pierre-Yves Gomez • Phil Gorsky • Jean-Edouard Grésy • Stéphane Haber • Fabrice Hadjadj  Jean-Marie Harribey • Keith Hart • Armand Hatchuel • Nathalie Heinich • Axel Honneth • Hans Joas • Stephen Kalberg • Étienne Klein •  Michel Lallement • Sandra Laugier •  Christian Laval • Jean-Louis Le Moigne • Daniel Le Scornet • Alain Lipietz • Katsumata Makoto • Jean-Claude Michéa • Jean-Philippe Milesy • Françoise Morin • Jun Nishikawa • Christian Oyarbide • Antoine Peillon • Corine Pelluchon • Pascal Petit • Geoffrey Pleyers • Gérard Pommier • Michel Renault • Matthieu Ricard • Marie-Monique Robin • Guy Roustang • Philippe Ryfman • Jeanne Favret-Saada • Bernard Saladin d’Anglure • Jean Sammut • Christian Sautter • Richard Sennett • Jean-Michel Servet • Pablo Servigne • Hugues Sibille • Antoine Spire • Bernard Stiegler • Dominique Taddéï • Bruno Tardieu • Michel Terestchenko • Jean-Pierre Terrail • Bruno Théret • Tzvetan Todorov • Catherine Touvrey • Jean-Jacques Tyszler •  Philippe Van Parijs • François Vatin • Andreas Weber • Chico Whitaker • Jean-Pierre Worms

Vers un projet politique convivialiste - Réagissez aux propositions politiques en postant vos commentaires

JE FAIS UN DON, JE SOUTIENS LE MOUVEMENT CONVIVIALISTE

L’intelligence collective pour féconder la gauche libertaire et donner corps à un convivialisme

Par Michel Martin 12/12/2015 

Mon cœur libertaire

Je ne veux être l’objet de personne. Que ce soit au sein du couple, de l’entreprise et dans toute entité avec laquelle j’entretiens des relations. Réciproquement, je ne veux posséder personne. Concrètement, je souhaite consentir à toutes les décisions qui me concernent et réciproquement, je ne souhaite imposer aucune décision à quelque adulte que ce soit.

J’adhère donc à un projet d’émancipation qui ne pose aucun problème tant que je suis seul, mais qui se complique rapidement dès que je m’associe à d’autres pour former un collectif. C’est qu’un chien a beau avoir quatre pattes, il ne peut emprunter deux directions à la fois !

L’émancipation est au cœur, voire le cœur, de la gauche libertaire et c’est aussi celui de la modernité. Mais comment prendre des décisions efficaces au sein d’un collectif tout en respectant ce grand principe d’émancipation ?

Les organisations (entreprises, partis, associations) sont le siège des principales atteintes à la liberté individuelle, qu’elles soient dotées de structures formelles hiérarchiques classiques, ou de structures informelles.

Les structures hiérarchiques formelles classiques portent atteinte aux libertés individuelles sous le couvert de liberté privée. Une contradiction même pas relevée par les tenants du libéralisme qui sont libéraux pour eux-mêmes et oppresseurs pour leurs subordonnés.

Les structures informelles, comme celles des mouvements anarchistes, autogestionnaires, des mouvements  d’émancipation féminine, sont à la fois le siège de dominations non-dites et d’inefficacité.

Jo Freeman et l’idéologie de l’absence de structure.

En 1970, Jo Freeman, lasse de l’inefficacité politique des groupes féministes d’émancipation radicale, refusant donc toute structure formelle, écrit un texte fondateur que n’aurait pas renié Pierre Bourdieu : « The tyranny of structurelessness » (La Tyrannie de l’absence de structure). Elle démontre qu’aucun groupe ne peut se passer de structure, c’est-à-dire d’organisation et de procédure de prise de décision, celle-ci étant seulement plus ou moins formelle.  Les groupes qui ne se donnent pas de structure formelle laissent le champ libre à un petit nombre élitaire (ou plusieurs coteries en compétition), qui saura établir et maintenir son emprise sur le groupe, par le charme, par la connaissance,  la terreur ou tout autre moyen plus ou moins subtil. Les autres membres subissent cette domination et sont écartés des processus de décision, ayant une impression désagréable que quelque chose leur échappe. Finalement, ne pas se donner de structure revient à se structurer autour d’élites de fait, reproduisant les schémas classiques de domination et de violence symbolique.

Quand les élites informelles se conjuguent avec  le mythe de l’absence de structure, il devient très difficile de mettre des bâtons dans les rouages du pouvoir ; celui-ci devient arbitraire.

Pour les groupes politiques se pose la question spécifique des représentants. Les médias rechercheront inévitablement et activement ces représentants. Ils ne manqueront pas de « starifier » telle ou tel membre du groupe. En l’absence de structure, ces stars se retrouveront en tension avec le groupe, à l’origine probable de nombreuses difficultés et ruptures.

L’absence de structure formelle est aussi un gage d’inefficacité et d’impuissance à coordonner des actions, ce qui est source de souffrance.

En résumé, l’absence de structure formelle est génératrice d’élitisme et de starification, qui sont contradictoires avec les valeurs et les objectifs d’émancipation, et aussi d’impuissance. Une grande part de l’énergie du groupe est alors dissipée dans une sourde lutte des places, d’autant plus frustrante qu’elle est niée.

La gauche libertaire souffre de son adhésion à l’idéologie, au mythe de l’absence de structure. Tant qu’elle restera accrochée à ce mythe, la droite des chefs peut dormir tranquille et continuer à bafouer les libertés individuelles dans les entreprises et dans les partis. Elle demeurera dans l’impuissance, ne pouvant ni établir de priorité, ni structurer ses objectifs, ni faire de campagne coordonnée, ni même être en accord avec elle-même. Si la gauche libertaire veut sortir de cet état d’impuissance, elle devra se structurer à un niveau local, régional, national, sans pour autant renoncer à son projet fondateur d’émancipation.

Forte de cette conviction issue de ses observations averties, Jo Freeman propose 7 principes qui lui semblent nécessaires pour mettre en place une structuration, par essai-erreur, qui soit apte à mettre en pratique et servir efficacement la cause de l’émancipation féminine dans la société. Ses préconisations ont un caractère général pouvant s’appliquer à tout groupe cherchant à instaurer l’émancipation en son sein même.

Les 7 principes préconisés par Jo Freeman (en résumé, se reporter au texte original pour la version longue)

1)    Délégation consentie de formes spécifiques d’autorité par des méthodes démocratiques.

2)    Les délégués sont responsables devant le groupe qui garde le dernier mot.

3)    Eviter la concentration de pouvoir et l’identification des délégués avec leur pouvoir.

4)    Réduire la durée des mandats, mais pas trop quand même pour être efficace.

5)    Former le plus possible de membres aux différentes délégations, favoriser la polyvalence.

6)    Diffuser au mieux les informations.

7)    Favoriser la transparence et l’égalité d’accès aux ressources dont le groupe a besoin.

Jo Freeman préconise que « …par-dessus tout, nous devrons essayer différentes formes de structurations et développer différentes techniques à utiliser dans différentes situations ». Elle se place d’entrée dans une démarche réflexive ou les techniques seront évaluées « au résultat » en fonction des objectifs d’émancipation et d’efficacité recherchés (méthode de sélection évolutionniste après-coup). 

Gerard Endenburg et la sociocratie

Fin des années 1960, Gerard Endenburg hérite de l’entreprise familiale d’électrotechnique. Très vite, il est excédé par le temps et l’énergie qu’il doit consacrer à la gestion de conflits entre  un encadrement autocratique ne prenant  en compte ni les problèmes ni l’intelligence des opérateurs  et des syndicats rétifs à toute domination.  En 1970, fort de son expérience précoce de gestion consensuelle dans l’école de Kees Boecke et de ses connaissances en cybernétique il décide de se consacrer à une réforme radicale du management et de la structure de pouvoir de son entreprise. La complexité des tâches techniques de l’entreprise le convainc de conserver une structuration hiérarchique fonctionnelle, chaque niveau étant constitué de cercles à très forte autonomie de décision. Son principal fil directeur est radical et très audacieux, il s’attache à ce qu’aucune objection, d’où qu’elle vienne au sein du cercle, ne soit ignorée. Les objections et leur prise en compte systématique contribuent à placer les projets du groupe en son centre et à protéger les objecteurs. Une égalité stricte est établie entre les membres d’un même cercle lors des prises de décision. Endenburg veille à ce que personne ne s’approprie le groupe, ainsi les décisions sont prises par consentement et la délégation d’autorité se fait par élection sans candidat.  Un double lien (deux personnes membres des deux cercles) entre les cercles de niveaux hiérarchiques différents assure une communication ascendante et descendante au sein de la structure. Les délégations de pouvoir privilégient l’autonomie des fonctions d’orientation, d’exécution et de mesure (principes transposés de la cybernétique) qui sont assurées par des personnes différentes.  Pour la cohérence d’action/réaction la hiérarchisation respecte une subsidiarité très poussée qui limite considérablement les phénomènes de bureaucratisation. Les champs de décision sont ajustés expérimentalement pour favoriser la subsidiarité, c’est-à-dire pour  que les décisions soient prises dans les cercles du plus bas niveau hiérarchique possible. Si un groupe ne réussit pas à prendre une décision sur un sujet faisant parti de son champ de compétence, la décision pourra alors lui échapper et être prise dans le cercle de niveau supérieur, ce qui ne se produit jamais dès lors que les champs de compétences sont bien mis en place. Les différends au sein de chaque cercle trouvent toujours une réponse créative ne serait-ce que par simple crainte de perte de pouvoir de décision. Une fois qu’une décision est prise, le responsable exécutif du groupe mobilise les ressources qu’il juge nécessaires à son exécution. Le résultat de l’action sera évalué par le responsable de la mesure. Chaque tâche est établie en concertation, en cohérence avec  l’impératif de prise en compte des objections. Le groupe choisit s’il doit changer ses délégués, il décide des formations, des embauches et de tout ce qui lui semble souhaitable pour atteindre ses objectifs auxquels il a consenti.

Il se trouve que la sociocratie d’Endenbourg respecte point par point les principes de structuration de Jo Freeman. Endenburg est parti d’une situation de pouvoir autocratique formelle pratiquant des rapports de domination assumés et Jo Freeman est partie d’une structure informelle pratiquant des rapports de domination déniés. La sociocratie est un point de rencontre improbable entre une entreprise hiérarchique et un mouvement d’émancipation féminine. Quel principe sous-jacent commun a-t-il bien pu faire se rencontrer ces deux mondes en apparence si éloignés ?

L’intelligence collective

Les deux approches ont à cœur de mobiliser au mieux leurs ressources pour atteindre leurs objectifs. Dans les deux cas, les luttes de pouvoir qui dominaient la situation sont évaluées comme des dépenses d’énergie excessives. La structure  apparaît alors comme un outil capable d’évincer les luttes de pouvoir du devant de la scène et d’y placer durablement le projet et les objectifs du groupe, à condition de respecter certaines règles. Aucun des acteurs du groupe ne doit pouvoir s’approprier le groupe. Une information vaut une autre information, ce qui fonde l’égalité des acteurs. L’objection, loin d’être un frein, est mise au service de la qualité de l’information, elle devient le minerai de base de la prise de décision. En même temps, chaque proposition doit être examinée pour ce qu’elle est et non du fait de son émetteur. Tous ces éléments se rencontrent dans les groupes régis par des processus dits d’intelligence collective. Le cas d’intelligence collective le plus transposable aux groupes humains est celui du choix d’un nouveau nid par un essaim d’abeilles. Ce processus est décrit de façon détaillée dans un texte Jean-Claude Ameisen intitulé « La démocratie des abeilles » qui aurait été plus exactement intitulé « La sociocratie des abeilles », (pp 116-132 de son recueil de textes « Sur les épaules de Darwin » paru en 2012). Le processus est voisin de celui qu’elles utilisent pour sélectionner les meilleurs lieux de récoltes, à la différence qu’il concerne le choix d’un seul lieu pour y loger. L’essaim sort de la ruche et se pose à proximité. Puis, des éclaireuses partent dans toutes les directions à la recherche d’un nouveau site dont la qualité est évaluée selon au moins 6 critères  (volume suffisant, isolement thermique, isolement à la pluie, isolement à l’humidité/ventilation, entrée pas trop grande pour être défendue, ressources florales). Elles reviennent vanter chacune leur éventuelle trouvaille en effectuant leur danse frétillante indiquant sa direction et sa distance directement sur l’essaim. Une éclaireuse peut tempérer l’ardeur de la danseuse en émettant un signe stop (forme d’objection) si elle a détecté un défaut au site vanté. Les sites qui semblent les meilleurs, les moins contestés, sont alors visités par de nouvelles éclaireuses qui viennent à leur tour amplifier ou au contraire atténuer la cote des différents sites encore en liste. Petit à petit, au cours d’un processus  qui peut durer de quelques heures à quelques jours, un site finit par se dégager et l’essaim se met alors en route. Il est remarquable que le choix ainsi opéré soit en général le meilleur possible du point de vue de la survie et de la prospérité de la collectivité.

Les expériences politiques de la gauche libertaire n’ont jusqu’ici pas été très concluantes, elles sont demeurées très marginales. Les utopistes à la recherche de la société idéale, dont les phalanstères de Fourier, se sont assez rapidement désagrégés faute d’échapper aux travers communautaires dans une société qui ne l’était plus. L’autogestion peine à se développer, encore trop sous la coupe du mythe de l’absence de structure.  Les anarchistes demeurent dans l’utopie d’un homme nouveau et sont encore plus attachés au mythe de l’absence de structure. Il faut tout de même compter à l’actif de la gauche libertaire la réussite de l’associationnisme couronnée par la loi 1901. Le mouvement convivialiste se rattache fortement à la gauche libertaire par son exigence d’émancipation qui est le cœur de la gauche libertaire. Le mouvement convivialiste est à la recherche d’outils concrets capables d’organiser et de réguler les oppositions, les objections, « sans se massacrer ». Il pressent qu’il pourrait fédérer de nombreux mouvements et rencontrer une très large adhésion, n’exigeant pas d’homme nouveau. Le dynamisme associatif démontre que le convivialisme peut réussir, qu’il peut rencontrer cette adhésion.

Le convivialisme peut compter sur l’intelligence collective pour se structurer et devenir politiquement efficace sans pour autant renoncer en quoi que ce soit à ses objectifs d’émancipation, mais au contraire en lui apportant un cadre, une structure qui lui soit favorable et même indispensable ainsi que l’a montré Jo Freeman. La sociocratie est le premier outil cohérent, éprouvé expérimentalement, apte au développement de l’intelligence collective dans un groupe humain, dont le convivialisme peut s’inspirer. C’est dans les organisations (entreprises, associations…) que cet outil de combinaison concrète des libertés peut trouver à s’employer tel qu’il est, au moins comme point de départ. Pour l’organisation d’un parti politique, la question de la « starisation » soulevée par Jo Freeman, ne fait pas explicitement partie de la boîte à outils de la sociocratie d’Endenburg, puisque cette question des représentants est peu importante pour la plupart des entreprises. Il faut revenir aux bases de l’intelligence collective pour élaborer des solutions à ce phénomène de starisation et permettre au groupe de le réguler sans défiance, avec fierté et confiance vis-à-vis de ses représentants.

L’intelligence collective, si elle a quelque succès, est une expression qui ne manquera pas d’être galvaudée, triturée, malmenée, reprise à tort et à travers par les innombrables bouches intarissables de notre société du spectacle si friande de rumeurs et de frissons. L’essentiel, pour un tenant de la gauche libertaire qui ne souhaite ni la structuration par le chef, ni l’absence de structuration, est de développer les connaissances et les pratiques en intelligence collective et même devenir expert en intelligence collective effective, afin d’élaborer des structures propices à son développement. La sociocratie d’Endenburg ouvre cette voie. Ce n’est pas le dernier mot de la mise en œuvre de l’intelligence collective dans les groupes humains, d’autres structures relevant de l’intelligence collective pourront contribuer à fertiliser ce qu’on nomme parfois le désert idéologique dans lequel la gauche libertaire se cherche depuis la révolution.

L’intelligence collective ne peut pas tout. Elle ne changera pas l’homme et ses penchants pour la lutte des places, l’élitisme, la starisation. Elle ne fera pas disparaître les conflits nés de choix politiques incompatibles, c’est-à-dire qu’elle ne fera pas disparaître la polarisation droite/gauche d’une part et autoritaire/libertaire d’autre part. Des expériences malheureuses de mise en place échoueront, par méconnaissance, par des manœuvres de prise de pouvoir. Mais il existe aujourd’hui assez d’expériences réussies, un peu partout dans le monde et pour des organisations très variées de différentes tailles. Elles sont encore peu diffusées, ne serait-ce que parce que la littérature sur le sujet de l’intelligence collective appliquée à la gestion de collectifs humains est encore rare. Les médias ne connaissent pratiquement pas ce sujet et évitent donc de l’aborder. Qui sait que le Cirque du Soleil, un des plus fantastiques cirques du monde comportant plus de 5000 membres, est géré avec un tel outil ? Qui sait que l’entreprise Favi de 600 personnes, implanté en Normandie et dotée d’un outil relevant de l’intelligence collective sous le nom « d’entreprise libérée », est leader dans son segment de sous-traitance automobile, domaine de manufacture pourtant si sinistré en France? Qui sait que la Hollande, le pays d’Endenburg, s’est doté d’un statut spécifique adapté aux entreprises ayant adopté une gouvernance sociocratique ? Nous disposons de nombreux autres exemples dans tous les domaines (sauf un parti politique) nous fournissant assez de  recul pour savoir que la maîtrise de structures propice à améliorer l’intelligence collective est possible et souhaitable pour offrir une place à chacun d’entre nous. C’est souhaitable de remplacer la lutte des places qui absorbent tant d’énergie et qui nous font détourner la tête quand la maison brûle, de sa position centrale pour y placer les choix collectifs, avec des outils efficaces de prise de décision, si nous voulons affronter les défis d’adaptation (sociaux, écologiques, du travail) très importants auxquels nous avons à faire face. Le projet convivialiste peut fédérer les différents courants de la gauche libertaire qui se voudraient réalistes, en prise sur les réalités, si elle devient la championne de l’intelligence collective appliquée aux collectifs humains, c’est un beau projet de rénovation politique capable de faire mentir les innombrables voix clamant que la gauche est morte.

 

Ces réseaux soutiennent le mouvement convivialiste

 Age de faire    Appel des Appels        democratie ouverte      

Etats Généraux du Pouvoir Citoyen      Les périphériques pacte civique mouvement francais revenu base REVUE DU MAUSS        

Abrégé du manifeste convivialiste

Jamais l’humanité n’a disposé d’autant de ressources matérielles et de compétences techniques et scientifiques. Prise dans sa globalité, elle est riche et puissante comme personne dans les siècles passés n’aurait pu l’imaginer...

Lire la suite

Konvivialismus: ein Manifest (Kurzfassung)

Einen solchen materiellen Wohlstand, ein so hohes technisch und wissenschaftliches Niveau ist bisher noch nie erreicht worden. Global gesehen ist der Mensch nun überreich und mächtig. Niemand hätte sich das vor ein paar Jahrhunderten vorstellen können...

Lire la suite

Birlikte Yaşama Manifestosu (Özet)

İnsanlık maddi kaynaklara, teknik ve bilimsel becerilere bugün olduğu kadar hiçbir zaman sahip olmadı. Bütünlüğü içinde ele alındığında, günümüzde insanlık geçmiş yüzyıllarda kimsenin hayal edemeyeceği kadar zengin ve güçlü...

Lire la suite

Abridged version of the Convivialist manifesto

Humanity has never had so many material resources as well as scientific and technical expertise at its disposal. Taken as a whole, its wealth and power have grown to an extent unimaginable...

Lire la suite

Compendio del Manifiesto convivialista

Nunca antes la humanidad dispuso de tantos recursos materiales y tantas competencias técnicas y científicas como ahora. Considerada en su totalidad, es rica y poderosa como nadie hubiera podido imaginarlo en los siglos pasados...

Lire la suite

Déclaration universelle d’interdépendance généralisée

Au cours de sa très longue histoire, l’humanité s’est déployée dans un petit coin de l’univers, formant des groupes organisés de personnes, de communautés, de peuples, d’États entre lesquels les relations ont souvent été dramatiques. Cette déclaration universelle reconnaît que la vie est une valeur essentielle ...

 

Lire la suite

Síntese do Manifesto convivialista

Jamais a humanidade dispôs de tantos recursos materiais e competências técnicas e científicas. Considerada em sua globalidade, ela é rica e poderosa, como ninguém nos séculos anteriores poderia imaginar...

Lire la suite

Rezumat al manifestului de convivialitate

Niciodata pana acum omenirea nu a dispus de atat de multe resurse materiale sau competente tehnice si stiintifice. In ansamblul sau, omenirea este mult mai bogata si mai puternica decat si-ar fi putut imagina oricine in secolele trecute ...

Lire la suite

Universal declaration of generalised interdependency

Throughout its very long history, humanity has grown and spread throughout its small corner of the universe by the formation of organised groups of people and communities, peoples and States between which relations have often had dramatic consequences. This universal declaration recognises that life is an essential value ...

Lire la suite

Compendio del Manifiesto convivialista

Mai come oggi l’umanità ha avuto a disposizione tante risorse materiali e competenze tecnico-scientifiche. Considerata nella sua globalità, essa è ricca e potente come nessuno nei secoli passati...

Lire la suite

共生主义宣言

人类拥有的物质资源与科技能力可谓空前。总体而言,人类之富有与强大是过去千百年间任何人都无法想象的。然而,却没有证据显示人类如今更为幸福。当然,也不会有人愿意回到从前,因为人人都可以切实感到, 个体与集体实现其新的潜能的可能性正在与日俱增。

Lire la suite

 

 

 

S5 Box